Historique

Le 28 mai 2015, Le Buvard, librairie ambulante, ouvrait pour la première fois sa porte à Dunham, dans le cadre du festival Hops & Rock, organisé par les amis de la Brasserie Dunham.

De ce moment jusqu’en octobre 2017, Michel Vézina et Maxime Nadeau ont sillonné le Québec, ouvert un pub-librairie (Le Salon) à Gould, reçu des dizaines d’auteur.e.s invité.e.s, monté un cirque des mots (Le G.O.U.L.D.)…

Mais…

Le 1er octobre 2017, Maxime Nadeau quittait le projet et retournait à Montréal pour y retrouver des activités plus à sa mesure.

 

Michel Vézina poursuit donc l’aventure seul.

Depuis le mois de janvier 2018, il parcourt l’Europe à bord d’un camion chargé de littérature québécoise. De Marseille en janvier jusqu’en Drôme en juin, il sera passé par l’Ariège, le Gard, l’Ain, l’Isère, Lyon, Targon, La Rochelle, l’Île de Ré, Poitiers, Paris, la Bretagne, le Nord, la Belgique, et la Champagne.

Depuis juin 2018, Michel accueille des auteurs en résidence au Salon et sillonne les routes du Québec avec sa sélection de littérature trippante, tout en réalisant des microéditions in situ à partir d’ateliers d’écriture et dans le cadre de festivals ou de résidences.

En janvier 2019, la tournée reprendra en Europe avec le Buvard, et ce jusqu’en juin.

Avec Pauline Gonzalo, ils créeront en janvier un spectacle littéraire à partir des textes de Vézina et des musiques de Gonzalo.

À découvrir en 2019 sur les routes de France et du Québec!

De la littérature, de l’art, de la musique, de la bière, des whiskys, du vin, des saucissons : l’expérience est toujours totale. Les imaginaires ne se développent pas dans l’austérité, il faut du vivant, du beau, du bon, de l’éclat. Partout où le Buvard passe, c’est l’évènement!
Poètes, artistes, utopistes, amis qui passent, lecteurs qui fouillent, voisins qui picolent, amis qui rient : la vie est une fête et les murs sont couverts de littérature trippante!

Suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram pour en savoir plus.

MICHEL VÉZINA – BIOGRAPHIE

Fut un temps où Michel Vézina écrivait des romans. Des nouvelles, des chroniques, des carnets et un essai sur la lecture, aussi. Même que des fois, il s’est laissé tenté du côté d’une certaine poésie, plutôt prosaïque et hallucinée. Treize livres aisément classables, et un plus récent, vraiment pas facile à cataloguer, en vingt-cinq ans.

Vézina a aussi été éclairagiste, régisseur, comédien forain, rédacteur en chef, clown, journaliste littéraire, éditeur, voyageur, cuisinier… et même livreur de viande en quartier… il a oscillé entre des mondes bien définis, aux frontières bien marquées. On a certes pu penser de lui qu’il était un être dissipé… À l’aube de 2017, Michel Vézina mélange enfin tout. Il est à la recherche d’une forme, à la recherche d’une vie, une seule, il est à l’affut des extases et de toutes les jouissances.

Aujourd’hui, il habite, lorsqu’il n’est pas sur la route avec la librairie ambulante Le Buvard, dans une maison qui s’appelle Le Salon.

Ce Salon, c’est un drôle d’endroit érigé dans un tout petit hameau très vert l’été et très blanc l’hiver où il invite des écrivains. Michel Vézina tient salon.

Michel aime les bonnes choses de la vie : alcools durs, tabac blond, drogues douces, bouffes gargantuesques, femmes brillantes, films délirants, théâtre visionnaire, cirque dément, voyages infinis et livres inclassables. Il aime aussi passer de longues soirées dans les bois à chanter avec les coyotes et de courtes nuits dans les villes à valser avec des anges.

La littérature là où il y en a peu…