Historique

Le 28 mai 2015, Le Buvard, librairie ambulante, ouvrait pour la première fois sa porte à Dunham, dans le cadre du festival Hops & Rock, organisé par les amis de la Brasserie Dunham.

De ce moment jusqu’en octobre 2017, Michel Vézina et Maxime Nadeau ont sillonné le Québec, ouvert un pub-librairie (Le Salon) à Gould, reçu des dizaines d’auteur.e.s invité.e.s, monté un cirque des mots (Le G.O.U.L.D.)…

Mais…

Le 1er octobre 2017, Maxime Nadeau quittait le projet et retournait à Montréal pour y retrouver des activités plus à sa mesure.

Michel Vézina poursuit donc l’aventure seul

De janvier à juin 2018, il parcourt l’Europe à bord d’un camion chargé de littérature québécoise. De Marseille en janvier jusqu’en Drôme en juin, il sera passé par l’Ariège, le Gard, l’Ain, l’Isère, Lyon, Targon, La Rochelle, l’Île de Ré, Poitiers, Paris, la Bretagne, le Nord, la Belgique, et la Champagne.

En février 2018, Le Buvard est invité à Grenoble pour une tentative de Grand Oratorio Ubuesque Littéraire Dérimé (G.O.U.L.D.). Dans l’Agora de l’Université, des étudiantes en littérature organisent une grande fête foraine littéraire : Yoga, drag queen, liseuse de bonne aventure, le Buvard et, surtout, surtout, une équipe de microédition In Situ.
Du matin au soir, elles sont une dizaine à copier, couper, coller, plier des bouts d’articles, de textes, d’images qu’elles photocopient et assemblent en fin de journée pour un grand lancement en toutes petites pompes. Le livre est d’un format A4 divisé par 4 en format vertical. Il fait 70 pages et est magnifique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tiré à une trentaine d’exemplaires, il laisse une trace indélébile dans l’imaginaire de Michel Vézina. Ce livre ne le sait pas encore, mais il deviendra la genèse d’une réorganisation fondamentale de la librairie ambulante Le Buvard.
Quelques mois plus tard, Vézina réunit quelques ami.e.s à Lyon pour créer ce qui deviendra la première expérience de microédition in situ de la librairie ambulante. Le Buvard n’est pas encore éditeur et on ne peut pas encore prétendre qu’il s’agisse d’une production du Buvard, mais… la bête est née.

Été 2018

Rentré au Québec le cœur plein de doutes, la tête pleine d’envies  et de désirs inassouvis, Michel Vézina oscille entre nomadisme extrême, projets déjantés et sédentarité. Pour une fois, il écoute sa raison et s’assigne à résidence en espérant vendre assez de livres, de sandwichs et de café pour payer ses comptes. En tête, il n’a cependant que des projets d’éditions…
Entre juillet et août, il en réalisera deux. Ça commence au Bic – sa seule sortie de l’été avec le Buvard – où le libraire tient d’abord un bref atelier d’écriture qui mènera à la première parution du Buvard, intitulée Expérience de microédition dans une ancienne boucherie transformée en halte du patrimoineLe livre paraît le 10 juillet lors d’un cabaret improvisé dans le garage de la Halte avec Alexandre Robichaud à la trompette et Robin Servant à l’accordéon.

Rentré chez lui à Gould pour répondre à sa décision de sédentarité, il réalise, avec Mathieu Arsenault, Le livre du Pont, qui est créé et lancé dans le cadre du festival La Nuit du pont couvert, entre le 15 et le 19 août, avec, entre autres : Pascal Angelo Fioramore, Géraldine, Claudine Vachon, Maxime Catellier, Chloé Surprenant, Caro Caron et tout un paquet de joyeux festivaliers.

 

 

 

 

 

 

 

Cette expérience est décisive : Michel Vézina, qui a longtemps été éditeur (Coups de tête, Tête première), y revient et Le Buvard deviendra un éditeur ambulant.

Pauline Gonzalo

Pauline Gonzalo a soutenu sa thèse en sociologie à Bordeaux 2 en 2012. Son travail sur l’influence de la face dans la définition de l’identité individuelle l’amène à porter un regard affûté sur le monde qui s’exprime non plus seulement de manière académique mais surtout de manière artistique par l’écriture poétique, le dessin et la musique. Ses œuvres sont réalisées à l’encre de Chine et au pinceau pour souligner les contrastes et rendre compte de l’intensité des émotions qui la traversent. On retrouve cette dynamique dans sa musique qui associe des envolées planantes à des sons et des rythmes lourds et bruts pour toujours rester fidèle au regard qu’elle porte sur son environnement. Les émotions que ces œuvres, tant picturales que musicales déclenchent, se retrouvent concentrées dans ses poèmes qui frappent comme autant de crochets au foie.

Ensemble ils changeront le monde !

En septembre, les univers créatifs de Vézina et de Gonzalo se rencontrent et se croisent pour donner naissance à Whydah : les textes punks et engagés de l’un sur les musiques sombres et poétiques de l’autre résonnent longtemps aux cœurs et aux esprits de ceux qui les reçoivent.

Ils réalisent un premier livre, Présents célébrés, paru en septembre 2018 dans le cadre d’une résidence de création à la ferme La Généreuse (Cookshire-Eaton). Ce sera le début d’une belle et longue aventure de création.

En octobre, quand Marido Billequey déplace un minibus rempli d’écrivains estriens vers Trois-Rivières pour une soirée dans le cadre du Off Festival International de poésie, Vézina et Gonzalo proposent de profiter de l’occasion pour y faire un livre : ça va s’appeler Ça goûte le ciel !

 

 

 

 

 

 

 

Après, quelques mois où le littéraire et la sociologue réfléchissent…

Réfléchissent et réfléchissent…

Ils repartent en France en décembre et continuent de réfléchir, de travailler, de créer. Le spectacle La Brèche vient au monde lors d’une résidence de création tenue au Splendid de Langoiran au début janvier et en mars, l’occasion de faire un livre se représente à Targon où, dans le cadre du festival Comment dire…, Le Buvard crée une autre microédition in situ : Des mots et des champs.

En pleine tournée du Buvard et de Whydah les amoureux-collègues-comparses ne peuvent s’empêcher de produire. Entre la fin mars et la fin mai, ils réalisent pas moins de cinq livres :

1- Être au monde, réalisé dans le cadre d’un atelier d’écriture avec des étudiants en art de l’Université de Valenciennes ;

2- Ensemble, dans le cadre d’une série d’ateliers réalisés en Bretagne au Champ Commun d’Augan, à la médiathèque d’Augan et au bistrot La forge de Guillac ;

3- Disparaître, le fruit d’un atelier d’écriture à la fac de Rennes 2 avec la collaboration de Valérie Savard ;

 

 

 

 

 

 

 

4- En isolement, suite à un atelier d’écriture réalisé au bar associatif Le Carrouège à Vauclaix dans le Morvan ;

 

5- Les poudres du Barillet, un microédition in situ réalisée dans le cadre du festival Le Barillet, organisé par Chahut à Thorigné-Fouillard en Bretagne.

 

 

 

 

 

 

 

Le 6 juin 2019, Gonzalo et Vézina rentrent au Québec. De retour à Gould, ils préparent deux publications qui paraîtront simultanément le 28 juin. Le bon plantun livre collectif sur le cannabis médicinal, paraît dans le cadre du festival du même nom, et La Brèche, le texte du premier spectacle de Whydah,

Le 12 juillet, au terme d’une résidence de création à la Halte du patrimoine du Bic, Le Buvard lance le livre Chaud l’été, une création collective autour du thème du réel, avec Claudine Desrosiers, Pauline Gonzalo, Anthony Lacroix, Claude Ouellet, Christine Portelance, Robin Servant et Michel Vézina.

 

 

 

 

 

 

 

Et le 24 août, au terme d’une année bien remplie de créations, d’éditions et de voyages, Le Buvard lance son quinzième ouvrage, Le livre de la nuit, un deuxième collectif réalisé dans le cadre du festival La Nuit du Pont Couvert.

Suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram pour en savoir plus.

Édition/librairie ambulante